8e Biennale de l’image en mouvement

Fiona Tan · May you live in interesting times, 1997

Fiona Tan · May you live in interesting times, 1997

Fokus

La «Semaine internationale de vidéo», la SIV, porte désormais le nom de «Biennale de l’image en mouvement». Une manifestation qui consomme ainsi définitivement une orientation entamée, déjà depuis quelques années, autour des nouveaux supports de la communication audio-visuelle. Pour cette 8e édition, les organisateurs, André Iten et Simon Lamunière, proposent une réflexion de l’art contemporain sur le cinéma, une vision critique, souvent ludique, sur la mise en place d’une fiction et parfois la recherche du grand public.

8e Biennale de l’image en mouvement

De sa création en 1985, la Biennale garde sa compétition consacrée à la production vidéo. 727 bandes sont ainsi parvenues au jury qui a sélectionné 36 participants en provenance de 10 pays, dont 7 candidats suisses. A cette compétition internationale, avec une sélection qui se veut représentative du «meilleur de la création actuelle», s’ajoute une exposition (installations, performances, films et vidéos) plutôt intéressante dans cette problématique de la mixité des genres filmiques.Au-delà des supports de communication, ce sont des questionnements sur la mise en scène d’une fiction, que ce soit par des jeux de références ou l’alternance entre la narration et la réalité.Dans ce trajet vers la fiction et son déroulement, une sélection des essais filmés de Godard est présentée, ainsi que deux réalisations de l’américain John Baldessari. Celui-ci montre un travail, qu’il a conçu avec ses étudiants, sur la mise en place d’une logique par différentes interprétations d’une même scène. Pierre Bismuth discute également ce développement narratif par une installation sonore où les fenêtres de l’espace d’exposition jouent le rôle d’écran. Elles constituent autant une réalité qu’un support à la fiction. Le son diffusé est celui de la rue, amplifié et hors contexte, ce bruit urbain, associé à la vue sur l’extérieur, devient un sujet à vivre et à regarder tel un film de cinéma.Le rapport à l’image est particulièrement bien formulé dans l’œuvre de Tracey Moffatt. C’est l’occasion de voir l’ensemble de sa production filmée, représentatif du cinéma australien d’avant-garde. Photographies et films évoquent souvent un climat étrange, animés par la culture télévisuelle, où l’artiste pose les problèmes raciaux des aborigènes et des femmes. Les images constituent, pour elle, d’abord des préoccupations de couleur, lumière, composition, avant d’être un sujet. Un rapport à la matière esthétique d’un film qui se retrouve de manière particulière dans la réalisation récente du cinéaste français Philippe Grandrieux. «Sombre» (1999) est un long métrage de fiction, salué par la critique, qui prend les outils narratifs du serial-killer pour finalement accorder un caractère plastique à l’œuvre filmée.Dominique Gonzalez-Foerster propose à la Biennale, sous la forme d’une performance, sa réflexion sur l’image cinématographique et son utilisation dans un rapport à l’espace et à l’architecture.Déconcertante, l’artiste française sait jouer parfois intelligemment sur ces lieux d’histoires que sont par excellence les chambres. Artiste produite sous le label Anna Sanders Films, à l’instar de Pierre Huygue ou Charles de Meaux, elle signifie son indépendance à l’égard de l’industrie cinématographique comme à l’égard des départements cinéma des musées. Une démarche globale qui donne le ton de cette Biennale qui joue sur les termes du cinéma, qui recherche un public important, tout en gardant une emprise sur les modes de production et de diffusion.


Du 5 au 13 novembre: compétition internationale, projections et conférences Attribution de quatre prix d’un montant total de CHF 20’000.–. Projection des vidéos de la lauréate de l’édition précédente, l’américaine Cheryl Donegan.Du 5 novembre au 12 décembre, exposition (Installations – performances – films – vidéos): John Baldessari (USA), Alexandre Bianchini (CH), Pierre Bismuth (F), Ellen Cantor (USA), Larry Clark (USA), Chris Dercon (B), Cheryl Donegan (USA), Jan Duyvendak (CH), Fischli/Weiss (CH), Jochen Gerz (D), Jean-Luc Godard (CH), Dominique Gonzalez-Foerster (F), Philippe Grandrieux (F), Thomas Hirschhorn (CH), Korpys/Loeffler (CH), Tracey Moffatt (AUS), Rainer Oldendorf (CH), Anna Sanders Films (F), Uri Tzaig (IL), Andy Warhol (USA).Le 5 novembre, de 9h30 à 17h, en pré-ouverture de la Biennale, se tiendra à St Gervais le colloque de l’AICA (section suisse) organisé autour de 4 conférences données par Raymond Bellour, Philippe Dubois, Samuel Herzog et Patrick Schaefer.

Ausstellungen/Newsticker Datumaufsteigend sortieren Typ Ort Land
8e Biennale de l'Image en Mouvement 05.11.199912.12.1999 Ausstellung Genève
Schweiz
CH
Autor/innen
Nadia El Beblawi

Werbung