Editorial

Christoph Büchel · HOLE, 2005, Installationsansicht Kunsthalle Basel,
Foto: Christoph Büchel © Kunsthalle Basel, 2005

Christoph Büchel · HOLE, 2005, Installationsansicht Kunsthalle Basel,
Foto: Christoph Büchel © Kunsthalle Basel, 2005

Editorial

Editorial

«Resonanz bekommt letztlich nur, was ausstrahlt», meint der Nationalrat Hans Widmer im diesmaligen Gast-Interview. Ausstrahlung hat mit Reflexion zu tun. Diese braucht Zeit - und Zeit ist Geld. Darum geht es im neuen Kulturförderungsgesetz, das Hans Rudolf Reust im Fokus umreisst. Bis Ende Oktober können auch Sie dieses noch kommentieren (an: Bundesamt für Kultur, Andrea Raschèr, Hallwylstr. 15, 3003 Bern/andrea.rascher@bak.admin.ch) und sich zu Fragen äussern, wie: Sollen Kompetenzzentren von nationaler Ausstrahlung gefördert werden? Was bringen Schwerpunktthemen im Vierjahresrhythmus? Wer repräsentiert die Schweizer Kultur im Ausland? Wer ist unser Kulturstaatssekretär?
Claudia Jolles

Una realtà di importante riferimento per il cantone Ticino è quella del comune di Como. Nella città di confine sono nate negli ultimi anni importanti iniziative come Borgovico 33 (2002) e la Fondazione Ratti (1985). Entrambe realtà molto attive nel promuovere l´arte contemporanea. Un tentativo concreto di stabilire un rapporto con la città di Como è stato effettuato con successo dal CACT di Bellinzona. Dal 24 settembre al 6 novembre il centro d´arte diretto da Mario Casanova ospita una collettiva che da seguito alla scorsa edizione di «Contemporanea Giovani», manifestazione organizzata dall´Assessorato alla Cultura della Città di Como allo scopo di promuovere il lavoro dei giovani artisti locali. L´iniziativa, che porta il nome di «Contemporanea Giovani Feedback», apre interessanti traiettorie e possibilità di creare sinergie con la scena italiana.
Noah Stolz

Il aura suffi qu´un groupe de paroissiens s´offusquent, pour que le curé de San Stae décide de fermer les portes de son église vénitienne sur l´exposition de Pipilotti Rist. La projection vidéo de corps nus féminins - évoquant le paradis terrestre avant le péché originel - sur les voûtes et le plafond de l´église baroque était par trop choquante pour les fidèles. Pourtant, durant la Biennale de Venise, et ce depuis 1988, l´église est louée par l´Office fédéral de la culture pour être un lieu temporaire d´exposition.

Quelques semaines auparavant, la plainte d´un visiteur de l´exposition «Mahjong» incitait les responsables du Kunstmuseum de Berne à retirer «Ruan», l´oeuvre d´un artiste chinois. Ce visiteur jugeait que le «collage» d´une tête de foetus humain sur un corps de mouette était répréhensible et avait porté le cas devant les tribunaux - ces derniers ont décidé de ne pas entrer en matière.

Dans ces deux exemples édifiants, un jugement a été porté par un très petit nombre de personnes qui estiment pouvoir dire ce qui est la norme, où se trouve la ligne de partage entre ce qui est bien et ce qui est mal. On assiste, dans ce début du XXIe siècle, à une sorte de censure issue de l´opinion citoyenne (souvent relayée par les media) sans dialogue, ni réflexion sur l´art. Si nous n´y prenons pas garde, les faux semblants, les paroles creuses et le puritanisme risquent de nous endormir dans une hypocrite illusion collective.
Françoise Ninghetto

Werbung