News de Lausanne

Sandrine Pelletier · Dark Crystal 2, 2006, photo: Sandrine Pelletier

Sandrine Pelletier · Dark Crystal 2, 2006, photo: Sandrine Pelletier

Fokus

News de Lausanne

En réponse à une invitation de la galerie Lucy Mackintosh, Juan Bolivar, jeune artiste-curateur vénézuélien vivant à Londres, et un tandem vaudois, Jean-Luc Manz et Marco Constantini, ont choisi des travaux qui recèlent un potentiel pouvant faire de cette manifestation un moment d´échanges entre jeunes artistes, en quelque sorte être une «exposition-rencontre». Inspirés par l´intitulé, «Eau sauvage», évoquant le nom de la célèbre flagrance de la maison Christian Dior, un des produits en tête de vente des Duty-free, les deux curateurs suisses romands se sont attachés à présenter des artistes, souvent très jeunes, entretenant sous des formes diverses un rapport au voyage, au déplacement. Cette notion est entendue comme un signe tangible de notre contemporanéité et donc comme une valeur fondamentale de cette génération artistique. Prenant le pari d´offrir, pour un temps, un axe direct Lausanne-Londres, cette exposition joue de l´éclatement de tous les carcans.
Tous les artistes suisses présents ont pour point commun d´entretenir un lien affectif avec la région lémanique, qu´ils y aient étudié dans l´une de ses écoles, qu´ils s´y soient installés pour un temps ou qu´ils l´aient choisie comme lieu de résidence. Le parcours et les pratiques de chacun contribuent à présenter la diversité des réseaux, des connexions, des circuits d´exploration qui s´ouvrent à eux. Leur mode de déplacements est complexe. Il n´est pas simplement géographique, mais se double bien souvent d´un passage à différents médiums, d´une identité recherchée, de changements personnels ou professionnels. La position développée par Jean-Luc Manz et Marco Constantini leur permet de penser cette exposition comme une possibilité de créer un champ dynamique et volontairement hétérogène.
Mais s´il est une denrée d´exportation, le parfum tisse aussi des liens particuliers avec l´intime. Ce n´est donc pas par hasard que les artistes retenus par Jean-Luc Manz et Marco Constantini manifestent un intérêt affirmé pour le corps et la matière. Cette réflexion révèle, entre autre, la grande capacité de regard de Jean-Luc Manz et son attentive curiosité à ces recherches que l´on pourrait penser éloignées de son propre travail de peintre. Cette distance respectueuse a incité l´artiste lausannois à ne pas joindre ses travaux personnels à ceux qui sont exposés. Au contraire, Juan Bolivar a voulu exprimer son engagement au projet en s´y impliquant formellement. Ses ?uvres viennent s´intégrer à cette exposition en soulignant les deux axes de son identité artistique, peintre et curateur. Au total, trente-quatre artistes sont à découvrir à Lausanne alors que le pendant londonien est en cours de préparation. Si, comme l´évoque le carton d´invitation, la diversité du programme rappelle que des liens parfois surprenants peuvent se tisser entre des voyageurs d´un même vol en transit dans les couloirs d´un aéroport, le public est aussi invité à la rencontre et, lors d´un «Talking Art» organisé par le British Council, peut venir enrichir l´expérience et densifier les récits possibles.

Werbung