Entre chien et loup

Entre chien et loup

Public Art

Extraits du RIABE, règlement concernant l’intervention artistique sur les bâtiments de l’État :
Art. 1— Pour tous les bâtiments édifiés par l’État de Vaud, un montant proportionnel au coût de construction ou de rénovation proprement dit (le pour-cent culturel) doit être réservé pour une intervention artistique sur le bâtiment.
Art. 2— Une intervention artistique consiste dans l’intégration, à l’intérieur ou à l’extérieur de l’édifice, d’œuvres, de gestes ou de marquages artistiques qui entrent en interaction avec son architecture, sa fonction, ses utilisateurs et le public en général.

Depuis 1979, Entre chien et loup, de l’artiste Olivier Estoppey, est la 95.2ème intervention artistique dans un bâtiment de l’État de Vaud.

 

Entre chien et loup
Olivier Estoppey propose un loup, un solitaire échappé des meutes qu’il a fait déferler à Champex et à Bex ou dans le Jardin du Palais Royal à Paris. Environné de planches de windsurf, sous la dalle à caissons de ce bâtiment des années septante (Bernard Vouga architecte), il poursuit continument sa course exténuante et immobile. C’est une séquence dans un décor, comme il aime à le dire. Le loup est saisi dans sa trajectoire, entre cour et jardin, à demi découvert, ce que trahit son pelage partiellement roux, en fait rouillé, puisque l’animal est réalisé en béton et granulats d’acier. C’est une masse pleine, armée de treillis et de fers, à laquelle sont ajoutées les pattes et la queue.

 

Olivier Estoppey
Olivier Estoppey est un artiste prolifique, ses idées ont peu de limites. Il aime le travail bien fait et l’effort ne lui fait pas peur. Il est un sédentaire qui aime voyager, il pourrait vivre ailleurs, dans un autre pays. Chacune de ses expositions est pour lui l’occasion de développer un thème précis, différent à chaque fois mais d’une cohérence visible, la représentation humaine. Sa technique est violemment expressive en même temps que parfaitement maîtrisée. Dans ses grands dessins à la mine de plomb, dans ses gravures, dans ses personnages en béton, dans ses objets, il poursuit inlassablement la figure humaine, l’image de notre humanité, rendue presque visible, palpable, dans la profondeur des noirs et dans les soubresauts de la matière. Sa manière de travailler à lui est longue et précise, à la fois ancestrale et inventée, le matériau d’aujourd’hui, ce béton noir qu’il pratique chaque jour, semble ne pas avoir d’âge. Et l’émotion qui s’en dégage ne laisse aucun doute, esthétique, plastique, sentimentale, un homme s’exprime ici dans la rigueur et dans la connaissance, un homme qui sait qu’il est un artiste et qu’il peut en être fier.

www.olivier-estoppey.ch

 

Datierung 
2010
Standort 
Gymnase de Burier
route de Chailly 170
1814 La Tour-de-Peilz
Schweiz

Werbung