Jean

Jean

Public Art

Extraits du RIABE, règlement concernant l’intervention artistique sur les bâtiments de l’État :
Art. 1— Pour tous les bâtiments édifiés par l’État de Vaud, un montant proportionnel au coût de construction ou de rénovation proprement dit (le pour-cent culturel) doit être réservé pour une intervention artistique sur le bâtiment.
Art. 2— Une intervention artistique consiste dans l’intégration, à l’intérieur ou à l’extérieur de l’édifice, d’œuvres, de gestes ou de marquages artistiques qui entrent en interaction avec son architecture, sa fonction, ses utilisateurs et le public en général.

Depuis 1979, Jean (chevilles en laiton dans linoléum), de l’artiste Camille Scherrer, est la 137ème intervention artistique dans un bâtiment de l’État de Vaud.

 

Jean
L’intervention artistique Jean est une constellation de capsules poétiques. Elle découle de la rencontre entre le monde bien sérieux de la mesure du territoire et celui de la poésie. Lorsque ces deux univers se rencontrent, les traditionnelles chevilles de mesure métalliques deviennent support textuel. Ces chevilles que l’on croise souvent au détour d’une route ou d’un trottoir et dont l’usage se veut purement technique, deviendront ici un bijou: ornement de sol et bribes poétiques.
Petite, je pensais que ces bijoux étaient là pour rendre le sol joli. Suivant cette intuition, je propose de détourner ces chevilles de leur train-train quotidien afin qu’elles deviennent porteuses de mots issus du célèbre poème de Jean Villars Gilles: La Venoge. C’est alors que les habituels «Grenz punkt» ou «Point limite» gravés dans le laiton deviendront par exemple «Bien joli canton» ou «Petit air narquois». Aussi, l’usage du texte comme vecteur artistique fait écho au travail administratif quotidien des collaborateurs du Service du Développement Territorial (SDT).
La Venoge est un poème ancré dans le territoire vaudois, tout comme les chevilles, d’où ce mariage surprenant. Une série de 100 chevilles – toutes uniques – surprendront les collaborateurs, ou autres visiteurs, au détour d’un bureau ou au coin d’une étagère. Elles seront disposée suivant le tracé précis que parcourent la Venoge et le Veyron; les deux cours d’eau composant le bassin versant de la Venoge. Ces tracés ont été dessinés en superposant la carte topographique aux plans des étages 4 et 5 du nouveau bâtiment du SDT. Apparaît alors un cheminement poétique. La partie nord de l’étage 5 devient l’endroit où les deux cours d’eau prennent leur source tandis que la partie sud de l’étage 4 devient l’endroit où la Venoge rencontre le Léman. Si l’on parcourt ce cheminement dessiné au sol par cette ensemble de chevilles, on peut lire et suivre le poème de Jean Villars Gilles écrit en 1954.
L’œuvre évolue alors du bijou de sol surprenant vers un outil signalétique offert à l’imaginaire des collaborateurs, en restant avant tout un hommage à ces mots magnifiques, bien ancrés en terre vaudoise.

 

Camille Scherrer
Camille Scherrer est une artiste et designer suisse. À la recherche de nouveaux champs d’investigation, elle explore les intersections entre l’art et les technologies.
En 2008, elle obtient son diplôme de designer à l’ECAL en communication visuelle & interaction design. Son diplôme est une installation de réalité augmentée qui permet de voir, à travers l’œil d’une camera, comme par magie, des animations sortir des pages d’un livre. Ce travail lui a valu de gagner le prix «Pierre Bergé» du meilleur diplôme de design européen et a été exposé et publié internationalement. Elle collabore avec le CVLab à l’EPFL sur des projet de réalité augmentée et enseigne les nouveaux médias à la HEAD à Genève. Ses travaux ont été exposés notamment au MoMA de New York, à Tokyo, San Francisco, New Orleans, Beyrouth, Paris, Séoul, Lima ou encore à Istanbul.

 

Datierung 
2018
Standort 
Service du développement territorial (SDT)
Place de la Riponne 10
1014 Lausanne
Schweiz

Werbung