Peinture murale

Peinture murale

Public Art

Extraits du RIABE, règlement concernant l’intervention artistique sur les bâtiments de l’État :
Art. 1— Pour tous les bâtiments édifiés par l’État de Vaud, un montant proportionnel au coût de construction ou de rénovation proprement dit (le pour-cent culturel) doit être réservé pour une intervention artistique sur le bâtiment.
Art. 2— Une intervention artistique consiste dans l’intégration, à l’intérieur ou à l’extérieur de l’édifice, d’œuvres, de gestes ou de marquages artistiques qui entrent en interaction avec son architecture, sa fonction, ses utilisateurs et le public en général.

Depuis 1979, l’œuvre (peinture murale) de l’artiste Anne Peverelli, est la 48.1ème intervention artistique dans un bâtiment de l’État de Vaud.

 

«C’était mon tout premier concours. Je suis partie de l’idée que c’était une maison comme les autres, à ce détail près que ses habitants, en majorité des femmes, n’ont pas le choix de leurs parcours, que certains feraient, des années durant, le même trajet entre la cellule, l’atelier, le réfectoire … Donc je voulais quelque chose qui ne se remarque pas au premier abord et ne se laisse pas lire en entier d’un seul regard.»
Et puis, il y a l’attention que l’artiste prête au lieu, à l’architecture, cherchant à y inscrire son travail sans le dévoyer. Elle s’appuie donc sur les formes géométriques primaires proposées par les architectes, le carré des plots de verre, le cercle des oculi … Motifs qu’elle distribue librement sur les murs des couloirs : carrés, seuls ou organisés en damiers noir et blanc ; cercles, tantôt circonférence, tantôt point ; ligne brisée surlignant l’escalier …

Nadja Maillard, Extrait de « Vaud. Art et architecture »
Éditions Favre, 2014

 

Anne Peverelli vit et travaille à Lausanne. Diplômée de l’ECAL en 1987, elle expose depuis plus de 25 ans en Suisse et à l’étranger, dans des galeries ou des musées. Son travail est présent dans de nombreuses collections privées et publiques. Elle a réalisé plusieurs projets dans des bâtiments publics.
«Le dessin est au cœur du travail d’Anne Peverelli. À la manière des recueils de pièces de musique ancienne, elle met à disposition de ses interprètes des ensembles de feuillets dessinés parmi lesquels nous [sommes invités] à faire un choix. […]
Anne Peverelli pratique le dessin pleinement, comme un genre majeur, malgré la modestie de ses supports. Les papiers utilisés sont sans prétention, parfois même défraîchis. Ils sont récupérés dans des lots de provenance incertaine. Elle renonce à la blancheur ou à la couleur d’un papier noble. Le dessin le dignifie, l’instaure dans le champ de l’imaginaire, en le rehaussant, l’imprégnant, le parant. En retour le grain du papier s’anime et réagit parfois en légères ondulations. Les techniques sont hétéroclites : crayon, huile, laque, Tipp-Ex, acrylique, gouache, aquarelle, néo-color, etc. jamais mélangées, et toujours usant d’une seule couleur, de préférence sobre, naturelle, ocre, terre, gris, en applications légères, sans stridences, ni acidités. Les thèmes sont abstraits : points, lignes, plages, taches, réseaux, grilles, coulures, tracés, voiles, qui échappent le plus souvent à la rigueur géométrique et sont emprunts de ductilités organiques favorisant les approches sensuelles et les déambulations poétiques [...].»

Alberto de Andrés, extraits de «Suite romainmonastérienne»
www.espacedam.ch/113-anne-peverelli/

Datierung 
1992
Standort 
Prison de La Tuilière
chemin des Peupliers 4
1027 Lonay
Schweiz

Werbung