Sculpture

Sculpture

Public Art

Extraits du RIABE, règlement concernant l’intervention artistique sur les bâtiments de l’État :
Art. 1— Pour tous les bâtiments édifiés par l’État de Vaud, un montant proportionnel au coût de construction ou de rénovation proprement dit (le pour-cent culturel) doit être réservé pour une intervention artistique sur le bâtiment.
Art. 2— Une intervention artistique consiste dans l’intégration, à l’intérieur ou à l’extérieur de l’édifice, d’œuvres, de gestes ou de marquages artistiques qui entrent en interaction avec son architecture, sa fonction, ses utilisateurs et le public en général.

Depuis 1979, l’œuvre (sculpture), de l’artiste Raquel Dias, est la 69.1ème intervention artistique dans un bâtiment de l’État de Vaud.

 

Le chewing-gum, ressenti comme un affront envers l’autorité professorale, hantise des concierges , élément collant intimement lié à l’école, il s’impose. Toujours tabou: on ne le trouve pas à côté des friandises et des cigarettes vendues à la cafétéria.
Une école. On se forme, on se socialise et on mastique nerveux, on mastique rêveur, on mastique réfléchi. On se développe. On gonfle. On mastique toujours. Que l’on soit découvert ou non, il faudra bien cacher l’objet de son délit … Et ils restent là, ces chewing-gums, subitement dissimulés et oubliés. Figés comme des traces, des empreintes de la résistance à l’autorité. Par leur aspect esthétique, ils ouvrent à un autre langage. Un langage qui fait ressortir par contraste l’architecture du lieu. Une récréation dans cet univers technique et mécanique.
Les chewing-gums sont figés dans leur plus bel état mâché. Esthétiques. Surdimensionnés. Mis en évidence, dans leur couleur emblématique: le rose.
Ils s’imbriquent dans les cavités de la dalle brute (environ 50 cm de diamètre). Par leur disposition et leur nombre restreint, ils restent partiellement dissimulés. Encastrés, collés comme sur les faces cachées du mobilier scolaire. Ils sont disséminés sur le plafond.
Ils sont placés précisément dans une poche de détente ouest au niveau 3, et au niveau 5, dans l’espace sans faux-plafond (formant un sept: devant les distributeurs de boisson et dans le prolongement du sas nord-est).
Ils ne sont pas trop nombreux par rapport au nombre de cavités de la dalle brute. Raquel Dias

 

Raquel Dias
Raquel Dias, diplômée de l’ECAL en 1995 avec mention, a gagné de nombreux prix et concours, en particulier d’intervention artistique dans des bâtiments.
Elle a participé collectivement à différentes performances, et sa réflexion se développe en général en relation avec le lieu où elle intervient, ses implications sociales et sensibles.

www.davel14.ch/galerie.php?artiste=61

Datierung 
1999
Standort 
École professionnelle de Lausanne (EPSIC)
rue de Genève 63
1004 Lausanne
Schweiz

Werbung