Forteresse des droits de l’homme

Photo: Serge Fruehauf

Photo: Serge Fruehauf

Forteresse des droits de l’homme

Public Art

Tatsuo Miyajima (Tokyo, Japon, 1957)
Collection : Fonds cantonal d'art contemporain (FCAC)

Le travail de Tatsuo Miyajima se développe depuis les années 1980 autour de l’usage récurrent de lampes LED (diode électroluminescente). À partir de compteurs digitaux composés de ces diodes et contrôlés par des programmes informatiques, Miyajima compose une œuvre technologiquement très aboutie et à la signification symbolique complexe. Sur chacun des pans inclinés de la façade de béton brut d’Uni-Dufour, ces compteurs présentent un défilé presque infini de chiffres. Les diodes rouges et vertes s’allument selon des temporalités variables, inscrivant une succession de nombres de un à neuf dans un mouvement continu qui compose une symphonie de rythmes individuels. Pour décider de l’ordre d’apparition des chiffres, l’artiste a demandé, lors d’une performance unique, à 222 genevois tirés au sort de choisir la vitesse du défilé des compteurs, afin que la façade du bâtiment soit scandé de 222 pulsations différentes. Ces pulsations incarnent pour Miyajima l’idée du changement permanent, du temps qui passe, et de la répétition perpétuelle. Il cherche aussi à souligner la possibilité d’harmonie et de communication entre les êtres, qui, tels ces compteurs lumineux, peuvent cohabiter tout en restant différents. Miyajima s’est ici inspiré de l’importance de l’Université comme lieu d’enseignement et de rencontre, et de Genève, comme ville des Droits de l’homme.
Notice commandée par P3Art
Rédaction: Séverine Fromaigeat

Technik 
LED, circuit intégré, miroir, boîtier en acier
Datierung 
1997
Standort 
Rue du Général-Dufour 24
1204 Genève
Schweiz
Künstler/innen
Tatsuo Miyajima

Werbung