Kilian Rüthemann, "Brand" (Fire), Embrach, RB Zürich-Flughafen

Kilian Rüthemann, «Brand», 2010, Embrach, Photographe: Christian Schwager

Kilian Rüthemann, «Brand», 2010, Embrach, Photographe: Christian Schwager

Kilian Rüthemann, «Brand», 2010, Embrach, Photographe: Christian Schwager

Kilian Rüthemann, «Brand», 2010, Embrach, Photographe: Christian Schwager

Kilian Rüthemann, «Brand», 2010, Embrach, Photographe: Christian Schwager

Kilian Rüthemann, «Brand», 2010, Embrach, Photographe: Christian Schwager

Kilian Rüthemann, «Brand», 2010, Lamelles juxtaposées et non juxtaposées

Kilian Rüthemann, «Brand», 2010, Lamelles juxtaposées et non juxtaposées

Kilian Rüthemann, Brûlure sur les lamelles juxtaposées en une surface régulière

Kilian Rüthemann, Brûlure sur les lamelles juxtaposées en une surface régulière

Kilian Rüthemann, Brûlure finie sur lamelles juxtaposées

Kilian Rüthemann, Brûlure finie sur lamelles juxtaposées

Raiffeisen Geschäftsstelle Embrach, Photographe: Christian Schwager

Raiffeisen Geschäftsstelle Embrach, Photographe: Christian Schwager

Kilian Rüthemann, "Brand" (Fire), Embrach, RB Zürich-Flughafen

Public Art

Les lamelles aux couleurs claires sur le mur latéral du hall des guichets à l'agence Raiffeisen Embrach ont été «rongées» par une grande pyrogravure. L'ensemble de la paroi luit sous l'effet du jeu d'ombres et des lumières frémissant sur les liteaux en bois juxtaposés à la verticale. La tache ronde vibre alors comme un soleil noir, entouré d'une auréole scintillante formée par les traces de fumée et de chaleur. L'œuvre d'art «Brand» [Incendie] de Kilian Rüthemann (né en 1979) frappe à la fois par son minimalisme et sa violence. Les liteaux en bois roussi reflètent le contraste entre l'esthétique de la brûlure et la force dévastatrice du feu, la robustesse de la structure et la vulnérabilité du matériau. L'œuvre révèle ainsi toute la beauté paradoxale de la violence.

Pour son intervention artistique, le sculpteur professionnel Kilian Rüthemann s'est servi des liteaux en tant qu'axe majeur du projet architectonique. Définis expressément comme éventuel lieu d'intervention, ils structurent d'une part les plafonds du portique en bois de l'agence à l’extérieur du bâtiment d'habitations rénové dans les années 1970, et dominent d'autre part, en tant qu'éléments acoustiques, l'aménagement intérieur de l'espace clients et de l'open space du premier étage. Une première pyrogravure, plus petite, surplombe l'entrée de la Banque et accueille les visiteurs qui découvrent ensuite, dans le hall des guichets, l'œuvre monumentale décrite plus haut. Celle-ci est reproduite deux fois à l'étage supérieur et accompagne les collaborateurs.

Pour concevoir ces médaillons archaïques Kilian Rüthemann s'est servi d'un lance-flammes qu'il a dirigé, de manière ciblée, sur les lamelles juxtaposées en une surface régulière. Dans un processus incontrôlé, mais bien surveillé, il a fait jouer son intuition pour venir brûler les liteaux déjà lasurés et percés au préalable, prêts à être montés, et réalisés en double exemplaire, par précaution. C'est pendant la réalisation de l'œuvre qu'il a découvert que les liteaux en sapins à l'extérieur, lasurés en gris et plus résistants aux intempéries, réagissaient différemment aux flammes que ceux à l'intérieur, en frêne très veiné et lasurés en blanc. Pour s'assurer que les brûlures épousent leur emplacement architectural, l'artiste a travaillé les lamelles dans leur position prévue: les liteaux situés au-dessus de l'entrée ont été brûlés couchés à l'horizontale depuis le bas, ceux au mur, à la verticale debout. Ensuite, il a fallu rincer les cendres et morceaux de charbon avec un karcher et une brosse métallique et enfin, appliquer un vernis pour éviter toute particule de charbon et odeur de roussi dans les locaux de la Banque.

Concours et exécution en 2010

Date 
2010
Lieu de l'oeuvre 
Dorfstrasse 76
8424 Embrach
Suisse
Artiste(s)
Kilian Rüthemann

Publicité